R U S S I E
 
  Commémoration Russie/Buriatie à Ulan-Ude  
De Irkutsk à Novosibirskl
 
Farniente et cerfs-volants sur le lac Baikal
     

Vendredi 1er juillet

Après la fête d'Ulan-Ude, nous retrouvons le calme du lac Baïkal. Soleil et vent nous attendent au bord du lac. Nous sortons un cerf-volant pilotable. A coté de nous une famille avec de jeunes ados et des enfants. Nous faisons signe au plus jeune en lui montrant le cerf-volant. Il ne se fait pas prier.

   
 
Il passera le reste de l’après-midi avec nous. Patrick l’initie et Eolena comprend très vite, il fait lui-même ses nœuds « tête d’alouette ». Le petit cerf-volant AccroKite offert par la FFVL est bien adapté à l’initiation. Il est maniable, léger et sèche très vite ! Il aura été baptisé dans l’au du lac.
     
 
Deux autres ados de la même famille nous rejoignent. Le soir, les parents nous offrent deux beaux poissons qu’ils viennent de faire cuire au barbecue. Un régal ! merci beaucoup, d’autant plus qu’apprendre aux jeunes à piloter un cerf-volant est déjà pour nous un grand plaisir.
     
 
Samedi 2 juillet.
Il fait 14°C, mais le soleil promet et le vent est déjà là. Notre petit voisin aussi. Pour changer Patrick sort une petite aile. Eolena s’y met très vite mais le vent forci. On ressort cette fois deux pilotables et avec patrick ils arrivent à voler en team. Très doué ce petit, il va rester accrocher aux lignes plusieurs heures,
     
 
Comme Eolena est autonome, nous le laissons gérer le cerf-volant et partons faire de la photo aérienne, avec le flowform et le Cannon Ixus. Fin d’après-midi studieuse, nous devons trier toutes les photos faites lors de la cérémonie à Ulan-Ude. On pourrait trouver plus mal comme installation.
     
Dimanche 3 juillet.

On se lève avec 13°C. Il y a de très grosses différences de température entre le matin et le soir. Patrick va filmer les pécheurs puis nous reprenons la route après déjeuner. Il fait 21°C près du lac et en moins de 10 km nous avons 33°C.  Derniers regards sur le Lac (photo de gauche).

Nous roulons normalement quand un gros caillou vient heurter le pare-brise en plein milieu. L’impact est impressionnant. Décidément nous n'avons pas de chance sur les routes russes.

Nous suivons les conseils de Iora Galkim (notre réparateur pare-brise) en mettant du scotch. Nous repérons les fissures pour voir si elles progressent.

     
Le scotch est léger, c’est du scotch de bureau pas de garagiste ! Arrêt à la station service pour faire le plein où nous trouvons de la colle cyanolite. Perdu pour perdu, nous réparons nous même le pare-brise en injectant de la cyano, en re-scotchant le tout et en chauffant au briquet. A suivre...

Nous passerons de nouveau la nuit un peu après la petite ville de Balkash, dans un arrêt routier où l'on peut dîner pour pas cher, prendre une douche dans un bania et faire laver (et sécher) son linge (on le donne le soir vers 20h00 et on le récupère le lendemain à 7h00. Très pratique pour nous.


Lundi 4 juillet
Nous repassons par Irkutsk, donc pas Toyota (qui permet la mise en ligne de ces pages) et en profitons pour leur montrer notre pare-brise. Pas e possibilité de le faire réparer et pour en avoir un neuf il faut compter ...
1 mois de délai, il n'y en a même pas à Moscou !
 
     
On s’habitue aux grandes villes russes et cette fois-ci c’est sans problème que nous quittons Irkutsk. En Russie, contrairement à la Mongolie il y a beaucoup de panneaux indicateurs, même si parfois ceux-ci sont un peu décourageants : Krasnoyarsk = 1050 km et Novosibirsk = 1873 km… Nos prochaines destinations.

En attendons nous roulons de nouveau vers Usolye-Sibirshoe, où Iora nous avait réparé notre premier impact. Mais il est déjà tard et nous ne savons pas si les petits garages sont encore ouverts. Rien d’impossible ici, il est 20h30 et il y a encore beaucoup d’activité (ils ferment vers 21h30 – 22h00 en fonction du travail et des clients). Le petit atelier de Iora est fermé. Et c’est complètement par hasard qu’il arrive en voiture juste après nous, avec sa jeune femme et sa sœur. Nous lui proposons de faire la réparation le lendemain pour le laisser tranquille en famille ce soir. Demain, pas possible… Il préfère le faire de suite. Pendant que la résine sèche nous lui montrons notre site Internet et la page sur lequel il est en vedette. Il est content mais encore plus de nous dire qu’il va être papa d’un petit garçon dans 1 mois ! Nous dormons dans la cour des garages, pas très romantique mais très pratique, calme et surveillé.
 
 
             
  Commémoration Russie/Buriatie à Ulan-Ude  
De Irkutsk à Novosibirskl