R U S S I E
 
  retour : SIBERIE ORIENTALE  
suite : SIBERIE ORIENTALE : Irkustk - Baikal
 
SIBERIE ORIENTALE : sur la route d'Irkustk
 
Mardi 7 juin, il fait déjà 20°C quand nous repartons. A Niji, il y a des tas de bois important devant toutes les petites maisons. Je pense qu’ici ils se chauffent au bois l’hiver. Wadim nous avait expliqué que le bois est surtout exploité dans cette région. Nous croisons d’ailleurs de nombreux camions qui le transportent. Il est aussi acheminé par train et travaillé sur place.
     
 
Nous avions vu au petit musée de Tatarsk des objets, coupelles et boites faits dans ce matériau. Courses dans un petit marché couvert où les additions se font au boulier. Nous rencontrons un groupe de chinois, avec 6 véhicules, qui vont en Mongolie. Je ne pense pas que nous les reverrons car ils roulent plus vite que nous.
 
     
Finalement nous les reverrons rapidement…. Au village de Razon, le passage à niveau est fermé et il y a la queue. Nous attendrons 30 mn le passage de plusieurs trains. Et juste après nous n’avons même plus de route défoncée ou avec des nids de poules… Nous n’avons plus de route tout simplement !
 
     
Des dizaines de Km (environ 70) répartis sur 6 tronçons, sur une piste en terre, très abîmée. Nous avons du mal à voir les véhicules devant nous. Pas plus que ceux qui viennent en face de nous. Nous apercevons à peine leur code. Nous roulons entre 8 et 15 km/h. L’après-midi est longue et très éprouvante. Woki s’en sort bien mais il est de plus en plus sale.
 
     
Vous ne voyez pas grand chose sur les photos ?? Et bien nous non plus sur la route. Mais il y avait encore pire que nous, comme ces deux motards esquivant les trous, couverts de poussière. Nous sommes tellement secoués que je dois maintenir le micro qui me sert pour la navigation, et là on navigue surtout à vue !!
 
   
Ce qui est dur à croire c’est que ces « routes » sont l’axe principal qui rejoint Irkutsk. Entre deux tronçons de ce type nous avons droit à une belle route, alors à chaque fois on croit que c’est gagné… Et non !!
 
Halte à Tulun, au calme et parking bienvenu pour une nuit de repos bien mérité

Mercredi 8 juin, c’est le soleil qui nous réveille. Nous perdons pour la dernière fois une heure supplémentaire. Nous sommes en décalage de 7 heures avec la France et 5 avec Moscou.
     
Un peu de ménage dans le radiateur du moteur pour enlever le pollen agglutiné à la poussière. Nous l'avions déjà fait 2 fois mais sans retirer la calandre. Aujourd'hui c'est le grand jeu. Mais cela ne suffira pas et nous trouvons un garagiste qui nous dépoussière le radiateur et le filtre à air.
 
Et sur une portion moins abîmée, avec juste des graviers et du bitume mêlés sur 2m, on croise un conducteur un peu fou, qui roule en sens inverse à toute allure… Les impacts de graviers sont si forts qu’on a cru sur le moment que le pare-brise allait éclater. Il y a 2 impacts côté conducteur, dont l’un commence à se fissurer et s’étendre assez rapidement.
 
     
A environ 80km avant Irkutsk, à Oussolbe-Cibirsko (traduction phonétique) des petits garages (comme en Turquie) chacun avec une spécialité : pneu, batterie et …. pare-brise). Dans la cour, les premiers mécaniciens nous dirigent vers le fond, vers Ioura Galkim. Il examine les dégâts et nous fait Ok, c’est réparable. Il fait un trou avec une petite perceuse, près d’une grande fissure. On ne peut que lui faire confiance. Il injecte de la résine, scotch le tout et chauffe au briquet. Moyens limités mais efficaces.
 
     
Avec de tels impacts, en France on nous aurait changé le pare-brise, là on s’en sort pour 600 rb (15 euros). Je pense que nous avons tous fait une bonne affaire ! Et pour nous protéger des dangers de la route Ioura nous offre un talisman, pour ne pas être de reste, un autre mécano nous en offre un deuxième. Nous ne sommes pas superstitieux, mais si cela peut aider, on les accroche immédiatement. La ville suivante, Telma, est dominée par une cathédrale très jolie.
 
     
Nous arrivons aux portes d’Irkutsk (photo de droite) Grande ville pour un petit véhicule… et il est déjà tard. Nous avons la chance d’être sur le trajet d’un grand concessionnaire Toyota. Après un peu de négociation et l’accord du directeur, nous nous installons pour la nuit dans leur parking, qui sera fermé. Ils ouvrent le matin à 9h00 et termine le soir à 21h00.
 
     

Jeudi 9 juin, la température a bien baissée; il ne fait que 8,5°C dehors à 7h00.

Nous demandons si nous pouvons profiter du WiFi gratuit Toyota. Maxim Ovchinnikov m'installe dans le coin réservé aux enfants pour pouvoir en même temps recharger notre micro. Super sympa mon nouveau bureau !

Woki a droit un lessivage ... Trouvent-ils le camion si sale ? Nous allons pouvoir coller les auto-collants "Mongolia Expédition" que le directeur nous a offert. Il aura droit aussi à une vidange, prévue vers Oulan-Bator... Mais l'occasion est trop belle. Vidange + graissage et divers contrôles : coût de l'opération = 6 200 Rb (155 euros), dépense prévue dans notre budget voyage.

Ici ils sont bien équipés. En effet, ce Toyota Center est le distributeur officiel de Toyota d'Irkoutsk à Vladivostok. La superficie totale est d'environ 9.000 mètres carrés dont un espace zone de service de 2.826 mètres carrés, avec 28 postes de travail.

On peut lire sur leur site (www.toyota-irkutsk.ru) : Toyota Center Irkoutsk correspond à un certain nombre d'exigences strictes qui s'appliquent aux concessionnaires Toyota à travers le monde. Ils sont basés sur le concept des trois S : S pour Salle d'exposition propre - S pour Service Shop moderne et enfin S Shop (pièces de rechange ).

 
     
Dans le hall, au niveau de l'espace client il y a un coin pour les enfants, un centre Internet avec deux mircos à disposition, et de grandes baies vitrées qui donnent sur l'atelier d'entretien où les clients peuvent suivre l'avancée des travaux.
 
     
Une remarque : Nous avons souvent évoqué le mauvais état des routes, des conducteurs imprudents, prêts à tout pour être devant, pour qui les lignes continues n’ont pas beaucoup de signification. Mais il y a une chose de très étonnante dans cette circulation un peu folle, c’est le respect des piétons ! On a toujours vu les voitures même circulant à grande vitesse, s’arrêter pour laisser passer les piétons. Ce qui n’est pas toujours le cas chez nous en France.

Autre chose concernant la conduite, ou plutôt les voitures. Certaines ont la conduite à droite, d'autres à gauche. Wadim nous avait expliqué que les voitures avec la conduite à droite sont des voitures importées du Japon, moins chères mais plus confortables. Décidément, Wadim aura été une source d'informations importantes. Plus nous approchons de l'Est de la Russie plus elles sont nombreuses.
 
 
             
  retour : SIBERIE ORIENTALE  
suite : SIBERIE ORIENTALE : Irkustk - Baikal