R U S S I E
 
  SIBERIE ORIENTALE : sur la route d'Irkustk  
suite : SIBERIE ORIENTALE : Baikal - Ulan-Ude
 
SIBERIE ORIENTALE : Irkustk - Baikal
 
Irkutsk se trouve à environ 70 Km au nord du lac Baikal. C’est une belle ville avec de grandes allées, et toujours autant de circulation. Nous traversons le fleuve Angara et trouvons à stationner place Kirova. Anatole nous aborde dans un français correct, il est étudiant et a séjourné 7 mois à Paris.
     
     
Nous profitons de sa connaissance de la ville pour une visite guidée. Sur la place une grande exposition qui retrace l’histoire de la ville qui a été fondée en 1651 par une garnison Cosaque pour contrôler les Buryates.
     
Elle a joué aussi un rôle important sur la route du thé et de la soie, avec des échanges avec la Chine et le tibet, et de l’ivoire avec la Mongolie. Les ¾ de la ville ont brûlé lors d’un gigantesque incendie en 1879. Puis reconstruite grâce à l’aide de généreux donateurs. Irkutsk est considéré comme le « Paris de la Sibérie ». Si vous passez par là et que vous souhaitez une visite guidée vous pouvez contacter Anatole (vovkanatolij**AT**yahoo.com en remplaçant **AT** par @)
 
Direction le mythique lac Baikal. Mais pour sortir d’Irkust… on tourne pas mal, les indications de directions sont données au dernier moment et pas question de tourner à droite ou gauche rapidement avec cette circulation infernale
 
Nous arrivons à Listvyanka, station coincée entre montagne et lac. Quelques hôtels de luxe, mais pas de possibilité de camping. Nous terminons au bout du village dans un « parking » qui n’est pas des plus romantique mais nous profitons d'un magnifique coucher de soleil.
.
Nous goûtons à l’Omul, célèbre poisson du lac Baikal. Mais nous le testerons simplement dans une soupe, car nous avons eu un aperçu du fumage … fait à partir de traverses de chemin de fer. Nous sommes loin du "fumé au bois de hêtre". Photos ci dessous, les cabanes de fumage.
     
 
Le lac fait 636 Km du nord au sud avec une profondeur de 1637 mètres. Il contient près de un cinquième de la réserve d’eau douce non gelée de la planète, c’est plus que l’ensemble des 5 grands lacs de l’Amérique du Nord. Malgré quelques sources de pollution son eau est pure et potable.

Vendredi 10 juin, nous ne pouvons pas quitter le lac sans y tremper les pieds. L’eau est cristalline mais gelée. Nous garderons cette impression de fraîcheur au pied toute la matinée. En sortie de ville nous visitons le « Baikal museum ».
     
 

Un groupe de touriste français traverse la Russie avec le Transibérien et vont jusqu’à Oulan-Bator. Nous échangeons nos impressions de voyage vraiment différentes, et profitons de leur visite guidée en français. Le lac contient une quantité incroyable de poissons et comme il est très saturée en oxygène il y a même des organismes vivants en grande profondeur. Le plus étonnant ce sont les 100 000 phoques qui le peuplent et qui ce sont adaptés à la vie en eau douce. Le lac Baikal a un « frère jumeau » : presque la même forme, la même superficie : c’est le lac Tanganyka, en Afrique. Ils sont d’ailleurs jumelés. Sur la photo du milieu, la technique pour mesurer la transparence de l'eau, avec un disque. Le lac Baikal est le deuxième. A droite, Patrick a plongé dans les profondeurs... du musée !

     
   

Nous repassons par Irkutsk, toujours même galère pour retrouver notre route ! La route qui longe le lac dans sa partie sud nous déçoit un peu. Il n’y a pas d’accès au lac, nous sommes coincés entre la montagne et la voie ferrée. Certaines côtes sont à 11%. Et certains véhicules sont bien chargés... Nous trouvons refuge dans un parking d’hôtel, avec notre premier bania et possibilité de lavage et séchage du linge. Que du bonheur !

 
             
  SIBERIE ORIENTALE : sur la route d'Irkustk  
suite : SIBERIE ORIENTALE : Baikal - Ulan-Ude