M O N G O L I E
 
  retour : Oulan Bator (2)  
Harhorin - Monastère d’Erdene Züü
 
Lac Ogiy Nuur
 
Dimanche 19 juin Direction le lac de Ogiy Nuur.
Une partie de route en mauvais état et puis, miracle ! Une très belle route asphaltée, le GPS nous indique bien que nous nous éloignons de notre cible. Il y a même maintenant une montagne entre nous et le lac. Mais une si belle route doit bien amener quelque part…
     
 
Et bien non ! Elle s’arrête brusquement sur … rien. On croit rêver. Il y a bien une yourte, avec une famille. On leur montre la carte, mais cela ne leur dit rien. C’est peut-être la première fois qu’ils voient une carte routière. Ils comprennent qu’on cherche le lac. Alors gentiment il enfourche sa moto et nous guide à travers la montagne. Puis il nous laisse en nous montrant ses traces de pneu et nous fait signe que nous devons les suivre. Photo du centre, le pointeur nous montre que nous devons effectivement traverser la montagne.
     
 
Nous allons donc traverser la montagne. Le GPS avait raison ! Nous avons dû louper une piste (route marquée en route principale sur notre carte) et les erreurs de navigation dans ce pays se paye comptant. Nous passons un col à 1540 m et nous apercevons le lac en bas de la montagne. C’est déjà cela de gagner. Mais ce n’est plus une piste, mais des traces de moto que nous essayons de suivre. Ce passage et ce paysage resteront longtemps dans nos souvenirs. Woki passe avec succès les dévers et nous sommes bien contents d’être arrivés au pied du lac. Si nous avions eu le moindre problème mécanique, personne ne serait venu nous chercher là.
     
 
Le lac fait 20 km de long, il est beau de loin, car de près il est infesté de moucherons ! Il ya aussi, heureusement, des cheveaux (encore) des pélicans et toute sorte d'oiseaux.
     
 
Maintenant il faut repartir, et nous tournons pas mal en rond autour du lac pour trouver LA piste qui va nous sortir de là. Des pistes il y en a partout, celles qui mènent à rien, celles qui mènent à des marais …et pas question de retraverser la montagne dans l’autre sens. Une des pistes nous ramènent sur la route principale, cette même piste que nous n’avions pas vu à l’aller
     
 

Pour ne pas refaire tout le trajet inverse (avec la mauvaise route) nous décidons de prendre un raccourci, une piste mène de Avara à Gurvanbulag puis Hashaat. La piste semble correcte, mais une petite rivière la traverse. Je pars en reconnaissance à pied, car nous avons vu des traces de pneus entrées dans la rivière mais pas en ressortir ... 

     
 
Je m’enfonce, sous mes pieds de la vase, Woki ne pourra pas passer, il est assez lourd. (ci-dessus, à droite photo aérienne de Woki au milieu de nul part). La nuit approche et nous sommes bien seuls dans cette steppe. On a éviter le pire dans la montagne, on ne va pas prendre de risque maintenant ! Demi-tour, on repartira finalement par la même route, jusqu’à Dashinchilen, sans revoir Natom (nous arrivons de nuit), où nous passerons la nuit.
     

Nous avons vu déjà beaucoup de choses, croiser des gens agréables et bien que nous ne parlions pas la même langue, nous avons toujours réussi à nous faire comprendre, comme avec ce nomade, croisé vers Mongol Els (les dunes sables) près de Rashaant.

Il découvre la Mongolie sur la carte de Woki et s'interesse au trajet que nous venons de faire. Il nous présente son fils et son chameau et nous montre que le troupeau au loin est le sien.

Nous passons encore un bon moment avec eux. Nous lui offrons une carte postale de Notre Dame en lui expliquant que c'est un "temple à Paris". il est très content. J'ai failli lui donner une carte de la Tour Eiffel mais pous eux ce bel ouvrage ne représente qu'un grand pilone. Nous n'avons pas les mêmes références.

     
 
             
  retour : Oulan Bator (2)  
Harhorin - Monastère d’Erdene Züü