Moscou -Russie

Irkutsk - Russie

Oulan-Bator - Mongolie

Astana - Kazakhstan

Almaty - Kazakhstan

Bishkek - Kirghizstan

Tashkent - Ouzbékistan

 
La guerre en caricatures
 

La Russie célèbre cette année le bicentenaire de la bataille de Borodino (7 septembre 1812), qui a opposé les armées russe et française lors de la Campagne de Russie de Napoléon. Point culminant de la campagne avec 250 000 hommes engagés, cette bataille fait l’objet de points de vue opposés en France, où elle est connue sous le nom de « bataille de la Moscova », et en Russie, les deux pays s’attribuant la victoire. En septembre 2012, la Russie célébrera avec faste le deux-centième anniversaire, avec notamment une grande reconstitution historique  de l’affrontement.

Lorsque la Grande Armée de Napoléon a envahi la Russie en 1812, les Russes ont répondu de différentes façons. Inspirés par les estampes populaires russes et la caricature britannique, une poignée d'artistes patriotes russes ont créé la tradition russe de la caricature. Au cours des derniers mois de 1812 et tout au long de 1813 et 1814, les images d'Ivan Terebenev, Ivan Ivanov, Alexeï Venetsianov et d'autres ont aidé à définir la nature de la guerre et, avec elle, la nature de l'identité nationale russe.
Parmi les trois, Terebenev est devenu le plus célèbre pour ses gravures de 1812. Né en 1780, Terebenev a suivi une formation de sculpteur à l'Académie des Arts de Saint-Pétersbourg.

 
Наполеон спускает змею - Napoléon tire le serpent  -  Papier, gravure, aquarelle. [1813-1814] Terebenev.
 
Terebenev a pu propager ses idées en 1812. Il n'avait jamais beaucoup aimé la sculpture et avait commencé à peindre et à dessiner. Influencé par les caricatures des satiristes anglais tels que Thomas Rowlandson et par les estampes populaires russes connues sous le nom de loubok, Terebenev a décidé de faire ses propres caricatures, qui allaient inspirer ses compatriotes. Il les a publiées dans des revues, telles que le Fils de la Patrie, et les vendait dans des magasins, aux colporteurs, et dans des collections imprimées. Ses images sont devenues célèbres, assurant à leur manière que la guerre contre Napoléon soit définie comme patriotique.

Les caricatures sont exécutées dans les techniques de la gravure et de l’aquarelle. Ce genre a atteint son apogée à l'époque de la guerre, en 1812. Autres caricatures de Terebenev : Les Russes apprennent à Napoléon à danser, Napoléon avec les Russes dans le Bania et Le traitement de Napoléon en Russie, où l'on voit trois soldats russes qui couvrent l'empereur français de boubliki, le petit pain rond traditionnel russe.

Terebenev est mort en 1815, mais il a auparavant recueilli ses images et celles de ses collègues caricaturistes dans son Alphabet de 1812, un premier livre utilisé pour les écoliers du XIXe siècle. Les enfants russes pouvaient apprendre l'alphabet à travers ces estampes patriotiques. De cette façon, les images de 1812 et la façon dont elles ont défini le conflit ont continué à vivre.
 
Texte d'après le récit de Stephen Norris, professeur d'histoire à l'Université de Miami (OH) et auteur d'« Une guerre des images: estampes populaires russes »,