E U R O P E
 
  Tarnow et sa région  
Auschwitz
 
Cracovie
 
Mardi 21 septembre
Nous arrivons à Cracovie vers 18h00 et nous dirigeons vers le nord de la ville, au camping Clepardia (N50°05’33’’ E19°56’28.5). Nous sommes déjà venus il y a quelques années et avions le souvenir de ce camping agréable et pratique, car près d’un arrêt de bus pour rejoindre le centre ville. Nous y passerons deux nuits, en profitant du WiFi et de la machine à laver.

Mercredi 22 septembre

Le beau temps annoncé n’est pas au rendez-vous. Il y a encore beaucoup de brouillard. Du camping nous prenons le bus pour le centre ville. Plusieurs lignes desservent la vieille ville et nous sommes l’attraction des polonais qui ne sont pas d’accord entre eux pour nous indiquer le bon bus. Finalement tous rejoignent la grande ceinture de Cracovie et nous suivons une vielle dame, très fière d’avoir « ses » touristes. Malgré son âge elle parle un anglais relativement correct. Par contre à notre arrêt il n’y a pas de "Ruch" (petits kiosques à journaux verts) pour acheter nos billets et le chauffeur n’en vend pas directement. Dans le bus il y a un distributeur automatique mais nous n’avons pas de monnaie !
 
     
Il y a une manifestation écologique « Natura 2000 » et bien qu’elle soit pacifique, avec très peu de manifestants, elle est sous haute surveillance policière et filmée depuis un véhicule de police. En cours de route je retrouve une vieille connaissance, une petite mousse pour la route ! Nous atteignons la Grande Place du Marché, Rynek Glowny, située en plein cœur de la vieille ville (photo de droite, ci-dessus). Nous n’avions pas souvenirs d’une place aussi animée. Il y a encore beaucoup de touristes. Découvrir la vielle ville peut se faire à pied, en voiturette audio-guidée et de loin le plus répandu en calèche. Les chevaux sont superbes. Mais Cracovie n'est pas une très grande ville, nous la visiterons donc à pied.
 
     
La Rynek Glowny est inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO. C’est la plus grande place de marché médiéval en Europe. Son architecture est typique des anciennes places polonaises. Dans le passé, elle abritait des marchés et surtout une halle aux draps. Cette halle, reconstruite à la Renaissance (suite à un incendie) fait maintenant place à une multitude de petites échoppes où l’on peut acheter toutes sorte de souvenirs propre à l’artisanat polonais (ci-dessous à gauche).
 
       
La place est bordée de restaurants et cafés. Nous sommes intrigués par le Hard rock café. Son intérieur très moderne contraste avec la façade ancienne et restaurée. Mais plus encore sur plusieurs étages une véritable « librairie-bibliothèqe » où l’on peut se poser et lire. Le silence des salles de lecture contraste avec l’agitation du café au rez-de-chaussée.
 
Il y a de nombreuses églises tout autour de la place. Mais la plus importante est la Basilique gothique Sainte Marie, construite au XIV° siècle. Il y a deux entrées : une pour ceux qui veulent prier en paix et une pour les touristes. L’intérieur est un véritable chef d’œuvre et nous y découvrons un retable en bois, exécuté par Wit Stwosz (Veit Stoss) durant 12 années. Il y a dans cette église une ferveur intense où jeunes, très jeunes et beaucoup plus vieux communient tous ensembles.
 
       
A l’extérieur nous profitons d’un spectacle peu commun : à 16h00, le nez en l’air, comme des dizaines d’autres personnes nous entendons une mélodie traditionnelle, le Hejnal, interprétée par un trompettiste, du haut d’une de ses tours. Cette mélodie est très connue en Pologne et on nous explique qu’elle se répète toutes les heures. Selon une légende, cette mélodie est inachevée en mémoire d’un trompettiste, au XIII°siècle, qui aurait eu la gorge percée par une flèche alors qu’il annonçait une invasion mongole (1241).
 
     
Dans les rues de la vieille ville, toujours aussi animée, nous attend une autre mélodie. Un groupe Gipsy nous joue un air de musique tradtionnelle française... l'été indien de Joe Dassin. C'est une vedette dans tous les pays que nous avons traversés !
 
   
Nous devons rejoindre notre camping et retrouver notre bus. En quittant la vielle ville nous pénétrons dans une petite église, puis nous franchissons l'une des portes, la Porte Saint Florian. Elle a été construite au XIII° siècle et faisait partie des anciennes fortifications, c’était l'une des sept portes principales de la ville. Lors des destructions des anciennes fortifications devenues inutiles, cette porte a été épargnée.
     
 
             
  Tarnow et sa région  
Auschwitz