E U R O P E
 
  L'Italie Gourmande  
Sur la route du retour
 
Fête d'Automne à Vignola
 
Au pied de la colline Appennino Emiliano, Vignola se dresse sur la rive gauche de la rivière Panaro. Le nom « Vignola » vient du latin vineola, qui signifie petite vigne. La tradition agricole est profondément ancrée dans cette région. Vignola est aussi connu pour sa production de cerises, notamment la « Mora di Vignola », et ses cerises fermes, appelées duroni. Nous avions eu l’information qu’une fête « Autunno a Vignola » s’y déroulait les 8 et 9 octobre. Etant dans la région, nous ne pouvions pas la manquer. Nous sommes un peu décalés pour les horaires. En effet, à l’heure où les boutiques ferment en Autriche, les magasins italiens ouvrent et les rues reprennent vie.
Des stands d’exposition et de vente de produit du terroir, que nous inaugurons. Nous sommes très bien accueillis par les exposants. Pour pouvoir décrire tout ce que nous voyons, nous sommes « obligés » de goûter à tout !
     
 
Et comme les exposants rivalisent pour nous offrir leur produit, nous avons dû mal à résister. Nous commençons par le « Savor », c’est le moût de raisin qui est chauffé et mangé avec d’autres fruits locaux comme les pommes, les poires et le coing. C’est une sorte de confiture qui se garde très longtemps (ci-dessus, photo du milieu). Sur le stand, on nous explique que parfois ils retrouvent de très anciens bocaux dans de vieilles maisons et que le Savor est toujours aussi bon. Ils nous font goûter au « Saba », c’est la liqueur du moût de raisin cuit. Mais ils ont surtout une compote maison d’abricot …. Humm !

Juste à côté, un stand de vente de farine de châtaigne, et de fabrication de gâteaux. Patrick hésite, mais pas longtemps avant de goûter à une Fritella de castagne, gâteaux frit sur place, qui se mange tiède. Un délice. (photo ci-dessus, à droite)
     
 
Dans une autre petite rue, un "chef" prépare un vin chaud à sa façon. Sa recette est un secret, mais nous l’avons vu mettre du vin rouge, du sucre, du vin blanc, des écorces d’oranges, de la cannelle, toute sorte d’épices différentes, encore un peu de sucre et …. des bonbons à la menthe !! En repassant quelques heures plus tard, nous découvrons le goût de ce breuvage maison. Excellent, et on ne sent même pas les bonbons à la menthe.
Sur un autre stand nous sommes interpellés et invités à passer côté fourneaux. Ils font cuire des « Tigelles », sorte de petits pains rond, plats, coupés en deux et farcis avec du fromage ou du jambon de parme. Très bon ! Puis ils nous offrent un verre de vin rouge « pression », légèrement pétillant, très frais, pour faire passer les « gnocco frito », sorte de pâte frite très légère (mais pas en calories) et très croustillante.
     
 
Nous déambulons dans la vieille ville et des odeurs appétissantes sortent de chaque coin de rues. Nous sommes intrigués par un grand stand, beaucoup d’agitation et de clients qui font la queue. Des cuisiniers font cuire le Borlenghi (photo ci-dessus  gauche). Sorte de grande crêpe très fine, faite à base de farine et de parmesan, cuite sur une plaque et légèrement arrosée de graisse de porc. Nous ne trahirons pas la tradition et nous en dégusterons une avec les doigts. C’est avec des châtaignes grillées que nous finirons cette soirée découverte gastronomique.
     
 
Sur la Piazza Contrari, face au Rocca di Vignola (le château), la reconstitution d’un marché comme on aurait pu le trouver au XV° siècle, avec son dentiste (ou arracheur de dent),ses petits commerçants, son notaire (photo centrale). Merci pour toutes les explications sur les actes notariés à cette époque !

Nous faisons connaissance de Mathilde, son stand représente l’intérieur d’une maison traditionnelle de cette époque (ci-dessus, photo de gauche). Mathilde parle couramment le français, elle est d’origine polonaise et vit en Italie depuis 6 ans. Avec gentillesse et passion elle nous donne des détails sur cette fête, et nous parle de son parcours. Avec un peu de nostalgie nous parlons aussi de la Pologne, qui nous avait enchanté.

D’autres animations dans les petites rues de Vignola, où musiciens et saltimbanques font le spectacle. Nous quittons, à regret cette ville charmante, il est bien tard, mais nous devons reprendre la route et passer Maranello. Demain il y a le marathon d’Italie, qui part devant l’entrée du musée Ferrari, et beaucoup de rues risquent d’être fermées. Nous passerons la nuit dans un parking, devant une petite résidence, un peu avant San Polo.
 
 
             
  L'Italie Gourmande  
Sur la route du retour